Où est la tombe de Staline et comment la trouver ?

C’est en 1953 que Joseph Staline s’est éteint, d’une attaque cérébrale dans sa datcha de Kountsevo. Mais pourtant, 60 ans plus tard, l’ex-dictateur soviétique fait toujours autant parler de lui. Pendant près de 30 ans, il gouverna le plus grand pays du monde d’une main de fer (voire même des deux mains).

Beaucoup de mystère et d’intrigue continuent de tourbillonner autour de personnage. Et bien souvent, on peut entendre la question « où se trouve la tombe de Staline ? ». Après tout, Lénine a bien son Mausolée, au beau milieu de la Place Rouge. Alors qu’en est-il de son successeur à la tête de l’empire soviétique ?

C’est ce que nous allons voir, et découvrir où se trouve le corps de Staline. Davaï !

Tombe de Staline, un temps aux côtés de Lénine

Il faut bien l’avouer, la mort de Staline est entourée de nombreux mystères. Officiellement, il est mort le 2 mars 1953. Mais c’est réellement le 1er mars qu’il aurait été touché par une attaque cérébrale. Ses proches collaborateurs, craignant trop l’ex-dictateur n’ont pas osé réagir. Deuxième personnalité de l’Etat, Beria ne fait pas intervenir les médecins, alors que Staline montre des signes de conscience.

Il faut dire que cette situation l’arrangeait bien, puisque Staline préparait une purge à son encontre. Il aurait ainsi écrit dans ses mémoires que c’est Molotov, un des rivaux de Staline qui l’aurait empoisonné. Mais une autre hypothèse est celle que c’est Beria lui-même qui aurait empoisonné Staline. D’ailleurs, l’autopsie qui mentionnait des hémorragies intestinales évoquant un empoisonnement de l’ex-dictateur est introuvable. Et Beria fait déporter toutes les personnes ayant participé à l’autopsie de Staline.

momie tombe de Staline

Finalement, les funérailles de Staline se déroulent du 6 au 9 mars 1953 à Moscou, sur la Place Rouge, devant la Cathédrale Saint Basile Le Bienheureux. Sa dépouille est alors momifiée et déposée au côté de celle de Lénine. Sur le Mausolée, les deux noms sont gravés.

Note :

Les funérailles de Staline sont tellement importantes que la presse locale « oublie » le décès de Serguei Prokofiev. Le célèbre compositeur mort le même jour que l’ex-dictateur dût attendre une semaine avant que son décès soit officiellement annoncé.

Une campagne de « déstalinisation »

Après une vague de flottement à la tête de l’URSS, c’est finalement Nikita Khrouchtchev qui reprend les rênes du bloc soviétique en 1956. L’une des premières mesures du XXe congrès du Parti communiste de l’Union soviétique est de rompre avec la politique stalinienne. Cela se traduit par un assouplissement des mesures policières et des différentes purges et envois au goulag, qui étaient monnaie courante.

Petit à petit, Staline perd sa côté de popularité, et ses différents crimes contre la population deviennent de plus en plus présents. Une véritable de déstalinisation de l’URSS est alors entamée. Les portraits de l’ex-dictateur disparaissent un peu partout. Que ce soient dans les stations du métro de Moscou ou dans les bureaux politiques, la grande figure de l’URSS disparaît. Et de plus en plus, la présence de la momie de Staline dérange.

Lors du XXIIe Congrès du PCUS, en octobre 1961, est débattu et dénoncé le culte de la personnalité voulu par Staline. Le Parti décide alors le 30 octobre de retirer le corps de Staline du mausolée « en raison de ses graves violations des principes léninistes, ses abus de pouvoir et les répressions massives à l’encontre d’honnêtes citoyens« .

Une disparition du corps de Staline beaucoup plus furtive

Dans la nuit du 31 octobre au 1er novembre 1961, le corps de Staline est alors déplacé, dans le plus grand des silences. A 18h, la Place Rouge est fermée et bouclée par la police, sous prétexte de répétitions de la parade militaire du 7 novembre. Pendant que des véhicules défilent « en leurre » devant le centre Goum, une palissade est installée autour du Mausolée.

Mausolée Lénine Place Rouge

C’est la garde du Kremlin qui se charge de cette tâche. Une tombe est alors creusée derrière le Mausolée. La momie de Staline est alors sortie de son sarcophage de verre et placé dans un cercueil. Huit officiers se chargent alors de l’enterrer, le tout supervisé par le KGB. Un peu avant minuit, l’opération est terminée.

Finalement, le lendemain matin, les moscovites découvrent avec surprise que le nom de Staline a disparu du Mausolée. La presse soviétique publie alors un communiqué confirmant la décision du PCUS : « Conformément aux décisions du 22ème congrès du Parti communiste, le cercueil de Staline a été retiré du mausolée de Lénine et transféré devant les remparts du Kremlin« . 

Cet enterrement à la sauvette n’a pas été fait de manière inconsciente. Khrouchtchev avait d’abord pensé enterrer Staline au cimetière du monastère de Novodiévitchi (où est enterré Boris Eltsine). Mais de crainte que des géorgiens fanatiques (Staline était d’origine géorgienne) ne viennent voler la dépouille, il décida d’enterrer l’ex-dictateur devant les murs du Kremlin. Ce dernier étant gardé jour et nuit, il n’y avait aucun risque.

Tombe de Staline, où la voir ?

Aujourd’hui encore, il est possible de voir la tombe de Staline, en visitant le Mausolée de Lénine. Pour certains, cette Nécropole du Kremlin est encore un lieu de culte. C’est là que sont enterrés (jusqu’en 1985), les principales figures de l’ex-URSS. On retrouve notamment Brejnev, Andropov ou encore Youri Gagarine.

Necropole Kremlin tombe de Staline

Lire également : L’histoire du métro 2 de Moscou. Entre secrets et légendes

Laisser un commentaire